3 Besoins à Prendre en Compte pour Mieux Dormir

Je vous le disais dans mon dernier mail, ou dans ce dernier article sur le sommeil : Dormir plus ou Dormir Mieux : tous les sommeils ne se valent pas.

Pour mettre fin aux difficultés de sommeil, il faut chercher à répondre aux 3 besoins suivants:

  1. Un sommeil de qualité et ininterrompu
  2. Le besoin de cloture
  3. Des bonnes habitudes de sommeil

 

Améliorer la qualité du sommeil

 

Lorsqu’on passe de l’état d’éveil au sommeil, on passe par différentes phases :

L’endormissement, le sommeil lent léger, le sommeil lent profond, et le sommeil paradoxal (le rêve).

Chaque phase de sommeil correspond à une activité cérébrale particulière.

L’activité est la plus lente lors du sommeil lent profond.

Pour un sommeil de qualité, il faut que chaque phase du sommeil puisse être ininterrompue. C’est à dire que l’activité cérébrale dans cette phase particulière reste à la même fréquence.

Malheureusement, ces phases sont parfois perturbées par les mouvements du corps, ou par des interruptions extérieures qui vont accélérer pendant un temps l’activité cérébrale.

On parle alors de fragmentation du sommeil.

Pour le moment dans ma lecture de ce livre (Sound Sleep Sound Mind, 7 Keys to Sleeping Through The Night), je n’ai pas encore toutes les clés pour résoudre ce problème de fragmentation du sommeil.

 

Le besoin de clôture.

Le besoin de clôture correspond au besoin d’obtenir une réponse claire et ferme à une question, en évitant l’ambiguité.

Le manque de clôture fait que l’esprit conscient continue de chercher les réponses au lieu de se reposer. C’est particulièrement gênant pour les personnes qui ont un fort besoin de cloture et qui ne supportent pas l’incertitude.

Le livre donnera problèment plus de clés sur ce sujet par la suite.

Pour le moment, j’ai quelques indices et quelques tips récoltés ça et là qui permettent de se préparer au sommeil en tenant compte de ce besoin.

D’abord, préparer sa journée du lendemain à l’avance. Notez sur un papier les choses auxquelles vous aurez à penser le lendemain.

Ne cherchez pas à résoudre les problèmes avant de vous coucher, mais notez les sur une feuille avec l’intention de les laisser de côté pour la nuit.

En les écrivant, vous vous assurez de pouvoir les oublier pour la nuit et de vous en souvenir le lendemain.

 

Autre astuce : passez rapidement le film de votre journée en marche arrière, puis en marche avant.

Si certains moment de votre journée semblaient manquer d’une fin, vous pouvez les cloturer en faisant ce simple exercice.

C’est particulièrement efficace lorsqu’un moment vous a agacé et que vous avez gardé cet agacement toute la journée.

En rembobinant en marche arrière, vous allez vous rendre compte de ce qui a déclenché cet agacement et pourrez cloturer cet épisode.

 

Le coffre fort intérieur

Vous pouvez aussi imaginer avant de vous coucher que vous ouvrez un coffre fort (dans votre imagination) dans lequel vous déposez tous vos soucis de la journée. Puis vous refermez ce coffre en sachant que tout est là en sécurité.

 

Mettre en place de bonnes habitudes de sommeil

Le sommeil se prépare en fait toute la journée.

Que ce soit en prenant sa dose de vitamines D quand le soleil est au plus haut, ou en éteignant les écrans une heure avant le coucher, les habitudes que vous avez avant de vous endormir influencent la qualité de votre sommeil.

Les recommandations les plus fréquentes sont :

Réserver le lit et la chambre à coucher uniquement au sommeil (et à l’amour)

Donc pas de travail au lit, pas de smartphones, pas de télé, etc…

Même si vous aimez lire avant de vous endormir, il vaut mieux lire un moment en dehors du lit et vous coucher quand vous êtes prêt à vous endormir.

Evidemment, il est recommandé d’éviter la caféine plusieurs heures avant de se coucher, et d’éviter l’alcool et tout autre excitant.

 

Je pense qu’avant de tomber sur ce livre, je n’avais pas bien pris conscience de l’importance du sommeil.

On a tendance à admirer les personnes qui arrivent à dormir peu et à faire beaucoup de choses, comme si le fait de dormir peu leur permettaient d’être plus productifs.

La réalité est complètement à l’opposé : la privation de sommeil nous rend complètement débiles. On perd réellement des points de QI lorsqu’on manque de sommeil !

Donc si certaines personnes chanceuses (ou qui ont de bonnes habitudes et un sommeil de qualité) sont capables de dormir peu et d’accomplir beaucoup, ce n’est pas le cas de tout le monde.

Et ce n’est certainement pas un modèle à suivre (à moins de récupérer très rapidement pendant le sommeil).

On ne se rend réellement compte du mal que nous fait le manque de sommeil que lorsqu’on a enfin retrouvé un sommeil de qualité.

 

 

 

Partagez

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *