8 astuces pour être plus productif

 

Tout le monde a déjà fait l’expérience de ces moments où on est tellement concentré et absorbé dans ce qu’on est en train d’accomplir qu’aucune distraction ne peut nous en sortir.

Cela peut être en étudiant une discipline qui nous passionne, ou en faisant des travaux manuels, en jouant de la musique, en faisant du sport, etc…

Il y a des moments comme ça dans la vie, des moments où notre attention est pleinement investie dans une seule activité. Et cet investissement apporte généralement une sensation de bien-être et d’accomplissement.

Au contraire, il y a également des moments où se concentrer semble presque impossible, où la première notification venue réussit à nous emmener sur un site sans intérêt pour y perdre de précieuses minutes.

Dans notre vie quotidienne, les distractions sont nombreuses et s’insinuent souvent par nos outils de travail.

Notre ordinateur, notre téléphone sont sources de distractions permanentes. Échapper aux dizaines de notifications qui réclament avec insistance notre attention relève parfois du parcours du combattant mental.

Si des disciplines comme la pleine-conscience, l’auto-hypnose ou le yoga sont aujourd’hui si appréciées, c’est aussi parce qu’elles sont particulièrement nécessaires pour nous offrir une bulle de concentration où recharger notre capacité attentionnelle mise à rude épreuve.

Dans les domaines qui requièrent un haut niveau de performance, la capacité à concentrer toute son attention sur une seule activité est critique.

A un très haut niveau de performance, c’est souvent le facteur qui fait la différence.

Les grands sportifs ont souvent un niveau technique plus ou moins égal. Et c’est leur niveau de concentration dans un tournoi qui détermine souvent leur succès.

Pour un chirurgien en opération, la capacité à éviter les distractions et à se concentrer sur la tâche en cours, est évidemment vitale. On imagine mal un chirurgien poser ses outils pour regarder sa dernière notification facebook sur son téléphone.

Quel que soit votre travail ou votre activité, vous y gagnerez en efficacité et en satisfaction en augmentant votre concentration.

Les distractions qui nous assaillent au quotidien sont donc non-seulement contre productives, mais également source d’insatisfaction.

Alors comment éviter de tomber dans leur piège ?

 

1. Votre expérience personnelle

 

D’abord, avant de vous abreuver de conseils tirés de lectures ou de recherches, j’aimerais vous encourager à chercher dans votre expérience personnelle.

Quels sont les moments où vous avez le plus fait l’expérience de votre concentration maximale ?

Ces moments où votre attention était entièrement tournée vers une seule chose, vous aviez comme des œillères vous empêchant de voir ou d’entendre les distractions extérieures, vos pensées étaient totalement absorbées par ce que vous faisiez, la sensation du temps qui passe était différente, le temps vous semblait passer plus lentement, ou au contraire plus rapidement que d’habitude, vous étiez inspirés, avec la sensation de savoir exactement quelle était votre prochaine action, et en même temps totalement dans le moment présent…

Vous remarquerez que l’on peut faire cette expérience dans différentes conditions.

Cela peut arriver quand on a une conversation importante avec une personne que l’on aime, ou lorsqu’on est inspiré par une activité créative, etc…

Qu’est-ce qui provoque cela en vous ?

Interrogez-vous également sur ce qui provoque le contraire.

Dans les moments où vous n’arrivez pas à vous concentrer, qu’est-ce qui vous en empêche ? Est-ce par qu’autre chose vous semble plus important et captive votre attention ? Est-ce parce que votre tâche en cours vous semble sans intérêt ? Est-ce la fatigue ?

 

2. Le principe d’inertie.

 

Connaissez-vous le principe d’inertie en physique ? C’est une loi qui dit que tout corps a tendance à conserver sa vitesse en absence de facteur extérieur.

Donc un objet immobile va rester immobile à moins qu’une force ne lui soit appliquée. Si vous voulez qu’un meuble bouge, vous devez le pousser.

Par contre, une fois en mouvement, l’objet a encore tendance à conserver sa vitesse. Cela demande donc moins de force pour qu’il continue à avancer.

En fait, s’il faut encore mettre de la force une fois l’objet lancé, c’est parce qu’une force opposée s’applique : c’est la résistance. Le meuble frotte sur le sol.

Pourquoi vous rappeler vos cours de physique dans cet article sur la distraction et la procrastination ?

Parce que les mêmes principes s’appliquent également dans votre travail ou toute autre activité.

 

Il est plus difficile de démarrer une tâche que de la continuer en vertu du principe d’inertie. 

Dans toute activité, vous allez rencontrer une forme de résistance qui cherchera à vous empêcher d’accomplir votre tâche. Cette résistance prendra diverses formes et visera toujours à vous faire abandonner votre tâche pour une autre nécessitant moins d’effort.

Vous arrêtez de pousser le meuble pour souffler sur une poussière.

 

Lorsque vous avez une tâche à accomplir, commencez par vous y mettre. Si vous devez rédiger un texte, commencez à écrire (même si c’est nul) pour donner une inertie positive à votre tâche.

Donnez-vous comme objectif de vous y mettre 5 minutes, et mettez-vous au travail. Vous verrez bien souvent qu’après les 5 premières minutes, le travail vous semblera beaucoup plus facile.

 

3. Luttez contre la résistance, éliminez les distractions.

 

En physique, la résistance au mouvement est souvent due aux frottements.

Essayez de pousser un meuble sur du parquet ciré ou au contraire sur un chemin caillouteux, et vous comprendrez vite ce que sont les frottements !

Dans votre travail, la résistance va souvent prendre la forme de distractions. Ces distractions pourront au choix être des tâches qui ressemblent à du travail (ex : répondre à une collègue par mail), ou des tâches qui n’en sont pas du tout (ex : regarder des chats mignons sur Youtube).

Le meilleur moyen de lutter contre ces distractions est de les ignorer.

Le meilleur moyen de les ignorer est de ne pas avoir conscience de leur existence.

Donc, mettez votre téléphone en silencieux et posez le à l’autre bout de la pièce. Fermez tous les onglets de votre navigateur qui ne concernent pas votre tache en cours. Déconnectez-vous des réseaux sociaux, etc…

Organisez votre espace de travail de manière à éviter les distractions.

Enlevez les post-its ou les notes qui traînent sur votre bureau et qui ne concernent pas votre travail en cours.

Enfermez-vous ou mettez des écouteurs (avec une musique adaptée ou du bruit blanc) pour ne plus entendre les bruits et les conversations extérieures.

Les interruptions dans votre travail vous prennent à chaque fois énormément d’énergie. Encore une fois, c’st le principe d’inertie : il vous faut de l’énergie pour arrêter la tâche en cours, démarrer une autre tâche, l’arrêter, et redémarrer votre tâche précédente.

C’est de l’énergie gaspillée.

 

 

4. Consacrez un temps réduit à votre travail.

 

La loi de Parkinson pose que tout travail au sein d’une administration augmente jusqu’à occuper totalement le temps qui lui imparti.

C’est ce qu’on appelle également la loi des gaz appliquée au travail.

Lorsqu’un gaz est mis dans un contenant, il occupe tout l’espace qui lui est alloué. Si vous mettez de l’oxygène dans une petite bouteille de 50cl ou vous mettez la même quantité d’oxygène dans une bouteille de 5l, le gaz va se dilater pour occuper tout l’espace.

Il y aura donc de l’oxygène partout et aucun espace vide.

Appliquée au travail, cette loi pose que si vous allouez 12h pour accomplir une tâche, vous allez y passer au moins 12h.

Si le travail peut-être accompli en 2h, vous allez passer les 10 autres heures à procrastiner, à complexifier votre tâche, à faire du perfectionnisme jusqu’à remplir totalement le temps que vous aurez alloué.

Si vous ne vous donnez qu’1h30 pour faire ce même travail, vous n’aurez pas d’autre choix que de travailler efficacement pour terminer votre tâche avec 30 minutes de retard. Vous éviterez ainsi de perdre 10h dans des tâches inutiles.

 

5. Ne vous donnez pas le choix.

 

Pour écrire ses chefs-d’oeuvres, Victor Hugo avait une méthode bien particulière. Il s’enfermait nu dans son bureau et demandait à sa servante de ne lui rendre ses vêtements qu’à la fin de la journée.

Il n’avait donc pas le choix que de se concentrer sur son travail ou de ne rien faire du tout.

Vous n’allez certainement pas faire la même chose, mais vous pouvez trouver votre manière personnelle de vous forcer à travailler.

 

6. Donnez de l’importance à ce que vous faites.

 

Vous avez déjà remarqué que les choses qui vous semblent importantes ont tendance à vous obséder naturellement ?

Si vous savez pourquoi il est important de terminer votre tâche, vous aurez beaucoup plus de facilité à l’accomplir.

C’est pourquoi, dans la mesure du possible, vous devez lier mentalement votre tâche avec vos objectifs personnels.

Si vous arrivez à trouver du plaisir dans ce que vous faites, alors plus rien ne pourra vous empêcher de le faire.

Mais si la tâche en soi ne vous apporte pas de plaisir, vous pouvez la lier à une récompense agréable.

Vous vous motivez à finir rapidement votre tâche pour vous permettre ensuite de faire quelque chose qui vous plait.

Lorsque vous travaillez pour quelqu’un d’autre, votre efficacité vous permettra de demander une augmentation ou un poste plus intéressant, ou bien d’être plus détendu et de mieux profiter de votre temps libre.

Quelle que soit votre tâche, donnez lui le maximum d’importance. Ou éliminez la totalement.

 

7. Rechargez régulièrement votre attention.

 

Votre attention est comme un muscle. En travaillant votre attention vous allez la renforcer. Plus vous apprenez à vous concentrer, et plus cela devient facile.

Mais comme un muscle, votre attention a également besoin de repos. Sinon c’est l’épuisement.

Certaines activités permettent de recharger votre attention rapidement pour vous permettre de revenir ensuite à votre travail avec le plein d’efficacité.

Une balade en nature par exemple demande peu d’attention, et permet de vous recharger rapidement. Vous laissez flâner votre regard, vous vous laissez distraire par votre environnement si bien que lorsque vous revenez à votre travail, vous pouvez à nouveau vous concentrer facilement.

Parfois il n’est pas possible de se balader en pleine nature au milieu d’une journée de travail. C’est d’ailleurs bien souvent le cas.

Ecouter de la musique les yeux fermés peut alors vous permettre de vous évader un instant.

Ou bouger et vous dégourdir le corps également. Jouer avec un animal, etc…

Voyez quelles activités vous permettent effectivement de vous recharger et lesquelles ne sont que des leurres…

 

8. L’hygiène de vie : sommeil et nutrition

 

Le sommeil a une influence primordiale sur la concentration. En moyenne, les français dormiraient 1h30 de moins qu’il y a 50 ans, et 45% des 25-45 ans estiment qu’ils dorment moins que ce dont ils ont besoin. Chez les ados, un sommeil insuffisant est corrélé à un plus petit volume de matière grise. (https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/sommeil)

Mieux dormir permet d’être plus concentré dans son travail et d’éviter plus facilement les distractions.

Par ailleurs, le manque de sommeil entraîne une perturbation dans la perception de la faim. Si vous avez tendance à interrompre votre travail régulièrement pour aller chercher quelque chose à grignoter, c’est peut-être que vous manquez de sommeil.

Consultez cet article sur les 7 habitudes qui vous empêchent de bien dormir.

Le grignotage est un  cercle vicieux qui annihile votre capacité à vous concentrer. L’apport rapide de sucres dans le sang entraîne un pic de glycémie (le taux de sucre dans le sang) qui est suivi par un pic d’insuline (l’hormone chargée de réduire le taux de sucre dans le sang).

Il s’ensuit que le taux de sucre dans votre sang diminue jusqu’à atteindre un niveau inférieur à celui qu’il était avant votre grignotage. Vous vous retrouvez donc quelques minutes après avoir grignoté avec une sensation de fatigue et un manque d’énergie dû à la baisse de votre taux de sucre.

Ce cercle vicieux est particulièrement nocif pour votre concentration car il est difficile de se concentrer lorsque vous avez trop de sucre dans le sang, et également lorsque vous n’en avez pas assez.

Pour remédier à cela, évitez de manger des sucres rapides et privilégiez les repas sains pris à des horaires réguliers.

Bien dormir et bien manger peut changer complètement votre façon de travailler et votre productivité.

 

Les séances en lien

 

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Black Friday 

75% de réduction !
Jusqu'à ce soir minuit
CODE : FRIDAY
close-link
Show Buttons
Hide Buttons