Booster Son Cerveau : 12 Règles Pour Un Fonctionnement Optimal du Cerveau

booster son cerveau S’il suffisait de prendre une pilule (sans effets secondaires délétères) pour booster son cerveau, j’en connais beaucoup qui le feraient.

Il y a ce mythe répandu qui voudrait qu’on n’utilise que 10% de la capacité de notre cerveau. Même si ce n’est pas vrai, on a quand même de la marge pour améliorer notre utilisation de cet outil fabuleux.

Pendant des milliers d’années, le cerveau a évolué pour devenir ce qu’il est aujourd’hui et nous permettre d’utiliser tous les outils qui sont à notre disposition dans le monde moderne.

Pour qu’il fonctionne de manière optimale, il est important de bien comprendre ce qui pourrait affecter ses performances et comment en prendre soin.

 

1. Le cerveau a évolué pour notre survie

Pour survivre, l’être humain avait deux solutions : devenir plus fort, ou devenir plus intelligent. C’est la deuxième option qui nous a permis de survivre.

Physiquement, l’être humain ne fait pas le poids face aux autres animaux sauvages. Mais notre intelligence et notre capacité à concevoir et utiliser des outils pour augmenter nos capacités physiques nous a permis de survivre et de nous multiplier.

C’est le développement du cortex préfrontal qui nous a permis de résoudre des problèmes complexes, de prendre des décisions réfléchies et de résister aux impulsions dangereuses.

C’est aussi notre capacité a interpréter des symboles qui nous a permis de nous unir et de  communiquer pour prévenir les dangers.

Et nous avons aussi la capacité à comprendre les motivations et besoins des autres. Ce qui nous est très utile pour négocier ou s’entraider.

 

2. L’exercice physique permet de booster son cerveau

Notre cerveau a évolué dans un environnement où l’exercice physique était constant. Nos ancêtres pouvaient parcourir 20 km par jour en marchant.

Et si aujourd’hui nous avons adopté un style de vie sédentaire, notre cerveau n’a pas évolué pour être efficace si le corps ne bouge pas.

L’exercice physique régulier permet de combattre les maladies liées à l’âge comme Alzheimer et les sautes d’humeurs.

Le mouvement et l’exercice permet de faire circuler le sang et d’amener davantage de nourriture et d’oxygène au cerveau pour le faire fonctionner.

Et si vous manquez de motivation pour vous y mettre, il est toujours possible d’utiliser cette séance d’hypnose : Motivation pour le Sport.

 

3. Booster son cerveau : Dormir mieux pour penser mieux

On peut se demander pourquoi le sommeil est si important alors même que c’est un moment où nous sommes extrêmement vulnérables aux prédateurs.

En réalité, lorsqu’on dort, le cerveau est occupé à renforcer le traitement et la mémorisation des événements de la journée.

Et c’est pour ça que le sommeil est indispensable au fonctionnement correct du cerveau.

Le manque de sommeil peut affecter votre attention, votre mémoire, votre humeur, vos fonctions exécutives, votre raisonnement et votre contrôle moteur.

Une personne qui se trouve en déficit de sommeil parce qu’elle ne dort pas suffisamment pendant la nuit aura les mêmes déclins cognitifs qu’une personne qui n’a pas dormi depuis 48 heures.

Alors apprenez à dormir comme un bébé !

 

4 .Le stress chronique est mauvais pour le cerveau

Le stress est une réponse naturelle de l’organisme à un danger. L’hypothalamus libère de l’adrénaline qui fait augmenter le rythme cardiaque.

Ensuite le cortisol est libéré dans le sang, ce qui déclenche une réaction de type fuir ou combattre.

Mais aujourd’hui, les causes du stress sont moins claires et plus durables qu’un prédateur dans la nature.

Le stress chronique peut mener à un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque, et a des effets négatifs sur le système immunitaire.

Il a aussi des effets négatifs sur la mémoire et la concentration, et peut bloquer l’apprentissage de nouvelles informations ou de nouvelles compétences.

C’est pourquoi il est important d’apprendre des techniques de gestion du stress pour booster son cerveau.

 

5. Booster son cerveau : Chaque cerveau est différent

Le cerveau est en permanence en construction. De nouvelles connexions neuronales continuent de se faire tout au long de la vie, et c’est pourquoi il est possible d’apprendre à tout âge.

Notre cerveau est plastique : les connexions neuronales peuvent changer et des zones entières du cerveau peuvent se développer pour remplacer les déficiences d’une autre.

C’est pour ça que la plupart des opérations du cerveau se font sans anesthésie générale. Le chirurgien doit rapidement se rendre compte s’il touche une zone du cerveau dédiée à une fonction critique comme la parole par exemple.

La plasticité cérébrale permet de changer le câblage du cerveau et d’apprendre de nouveaux comportements.

Une personne qui a un accident qui endommage une partie de son cerveau pourra mobiliser une autre zone du cerveau pour reprendre les fonctions perdues.

Certaines technologie actuelle comme la stimulation trans-crânienne par courant direct permettent d’augmenter la plasticité cérébrale.

L’état d’hypnose permet également une certaine plasticité en stimulant différemment le cerveau, d’une manière proche des rêves.

Cette plasticité cérébrale fait que chaque personne va développer son cerveau différemment en fonction de ses apprentissages.

Un violoniste aura une zone du cerveau plus développée dédiée à des compétences motrices fines au niveau des mains.

Ce que vous faîtes de manière répétée va renforcer certaines parties de votre cerveau.

Donc si vous souhaitez modifier un comportement, il est possible de le faire en développant la zone du cerveau en lien avec ce comportement.

Pour cela, rien ne vaut la répétition !

 

6. L’attention : on ne fait pas attention aux choses ennuyeuses

 

Le cerveau n’est pas conçu pour être multi-tâche.

Vous pouvez marcher et parler en même temps, mais si vous devez vous concentrer sur votre démarche (en marchant sur un chemin escarpé par exemple), vous allez vite perdre le fil de votre conversation.

En fait, le cerveau fonctionne de manière séquentielle.

Si vous voulez faire deux choses en même temps, votre cerveau va alterner d’une chose à l’autre.

Et c’est particulièrement vrai pour les tâches mentales.

De la même manière que vous ne pouvez pas faire vos lacets et la vaisselle en même temps, vous ne pouvez pas faire vos comptes et réfléchir à ce que vous allez emmener en vacances en même temps.

C’est la raison pour laquelle les distractions sont le plus gros obstacle à la productivité.

A chaque fois que vous êtes interrompu, votre cerveau doit refaire un effort pour se concentrer à nouveau sur votre tâche.

Et cet aller-retour épuise le cerveau.

C’est pourquoi il vaut mieux couper les notifications et mettre votre téléphone en silencieux lorsque vous vous concentrez sur quelque chose d’important.

Par ailleurs, nos émotions dirigent notre attention.

Les événements qui sont chargés en émotions sont plus faciles à se remémorer.

De même, on se souvient plus facilement du sens des choses que des détails.

Donc acquérir une certaines maîtrise de ses émotions permet de booster son cerveau.

 

7. La répétition est la clé de la mémoire

Les personnes qui semblent capable de gérer plusieurs tâches à la fois ont en fait une meilleure mémoire :

Elles sont capables de se souvenir rapidement de là où elles en étaient.

La mémoire a toujours été essentielle à la survie.

Nos ancêtres devaient se souvenir d’où ils pouvaient trouver la nourriture, de quels dangers éviter, etc…

Mais il semblerait que l’on oublie 90% de ce qu’on apprend dans les 30 jours.

Alors comment faire pour retenir plus facilement ?

On retient mieux ce qui a du sens et ce qui a une valeur émotionnelle.

Par ailleurs, il est plus facile de retenir une nouvelle information si elle est liée à une information déjà inscrite dans notre mémoire.

C’est pourquoi, si on veut retenir une liste de mots sans liens apparents, on peut en former des images grandioses ou absurdes dans notre cerveau et les lier entre elles.

On peut aussi associer ces objets à un lieu qu’on connaît déjà comme sa maison ou son appartement.

La répétition est bien sûr aussi un moyen de retenir les informations.

A chaque fois qu’on va rechercher une information dans la mémoire, le chemin vers cette information se renforce.

C’est la raison pour laquelle les quizz et les jeux sont plus efficaces pour retenir une information et booster son cerveau.

 

8. Intégration sensorielle : stimulez plusieurs sens en même temps

Notre cerveau fonctionne en créant des liens entre nos différents sens.

C’est en combinant la vue, le toucher, l’audition, le goût et l’odorat que notre cerveau peut comprendre notre environnement.

Entendre le bruit de la mer n’est pas suffisant pour sentir qu’on est à la mer.

Par contre, en y ajoutant la vue des vagues sur le sable et la chaleur du soleil sur la peau, on commence déjà à s’y sentir davantage.

Et tout ce que vous avez imaginé comme sensations en lisant ces mots sont enregistrés dans votre cerveau sous l’appellation “mer”.

Lorsque deux sens envoie des informations opposées, le cerveau combine ces informations pour qu’elles soient cohérentes.

Par exemple, une expérience consiste à faire écouter la syllabes “GA” à des personnes. Puis on leur met un écran avec le film d’une personne qui prononce la syllabe “BA” en même temps qu’on leur passe le son “GA”.

Alors le cerveau va combiner les deux informations, et les personnes entendent “DA”. C’est ce qu’on appelle l’effet McGurk.

En utilisant plusieurs sens dans l’apprentissage, il devient plus facile de retenir de nouvelles informations.

L’odorat par exemple est naturellement très lié à la mémoire.

En mettant un parfum d’ambiance particulier lorsque vous apprenez quelque chose, vous stimulez votre cerveau à faire le lien entre cette odeur et les informations.

Si en plus vous stimulez votre mémoire visuelle en vous créant des images mentales, vous augmentez encore vos capacités d’apprentissage.

 

9. La vision trompe tous les autres sens

On ne voit pas avec les yeux mais avec notre cerveau.

Chaque œil perçoit une image qui est différente de l’autre œil. Et c’est le cerveau qui combine ces deux images en quelque chose qui a du sens.

Par ailleurs, la vision utilise près de la moitié de nos ressources cérébrales.

Mais ce que nous voyons n’est pas toujours fiable car notre vision peut être trompée comme c’est le cas avec les peintures en trompe l’œil par exemple.

Notre mémoire fonctionne mieux en l’alimentant avec des images plutôt qu’avec des mots.

Si vous voulez retenir plus facilement ce que vous lisez ou entendez, faîtes en d’abord une image mentale.

 

10. On peut booster son cerveau en étudiant la musique ou en l’écoutant

La musique existe dans toutes les cultures depuis la préhistoire.

Et elle a des effets importants sur le cerveau.

Les personnes qui font de la musique ont généralement une meilleur écoute  et sont capables de reconnaître des sons spécifiques dans une musique ou dans la parole.

Chez les enfants, la pratique d’un instrument de musique permet d’améliorer l’apprentissage du langage.

Par ailleurs, la musique a des effets sur les émotions, la réduction du stress, et aide à la connexion sociale.

Même si les recherches ont montré qu’il n’y a pas d’effet miracle à écouter de la musique pour devenir un génie des mathématiques, elle permet néanmoins de booster son cerveau.

 

11. Le genre : Les cerveaux des hommes et des femmes sont différents

Le cerveau des hommes et le cerveau des femmes diffère de manière comportementale, génétique et neuroanatomique.

Les femmes ont deux chromosomes X tandis que les hommes ont un chromosome X et un Y.

Le chromosome X a plus de gènes que le chromosome Y, ce qui rend les femme plus complexes d’un point de vue génétique.

Le genre joue également un rôle dans les pathologies mentales.

Le retard mental par exemple est plus fréquent chez les hommes parce qu’il est causé par une mutation du chromosome X.

Les hommes n’en ayant qu’un seul, ils doivent faire avec. Tandis que les femmes ont un deuxième chromosome X qui peut prendre le relais.

Par ailleurs, les hommes et les femmes utilisent leur cerveau différemment.

Certains expériences ont montré que les hommes utilisent l’hémisphère droit pour faire face au stress tandis que les femmes utilisent l’hémisphère gauche.

De plus, le cerveau féminin accède plus facilement et rapidement aux événements émotionnels que le cerveau masculin.

Et les femmes utilisent les deux hémisphères pour communiquer tandis que les hommes utilisent principalement un seul.

Certaines expériences ont montré qu’il pouvait être bénéfique d’enseigner séparément certaines matières aux filles et aux garçons, notamment parce que la manière d’apprendre et de participer en classe est différente.

Cela dit, les hommes et les femmes sont traitées différemment dès la naissance, et il est difficile de dire en quoi ces différences sont innées ou culturelles.

 

12. L’exploration : nous sommes des explorateurs naturels.

Les humains sont des explorateurs naturels dès leur plus jeune âge.

Si vous avez déjà observé des enfants, vous savez à quel point ils ont une curiosité naturelle d’explorer ce qui les entoure.

Les enfants apprennent par l’expérimentation.

Un enfant peut par exemple lâcher un objet des dizaines de fois pour comprendre que les choses tombent toujours vers le sol.

L’enfant utilise l’expérimentation pour comprendre la gravité.

Les enfants apprennent en observant, en émettant des hypothèses, en testant et en tirant des conclusions, comme le font les scientifiques.

Le cerveau continue d’apprendre à tout âge.

Il est possible de s’inspirer des enfants pour continuer d’apprendre en testant de nouvelles choses.

Une des approches pour changer de comportement est d’expérimenter un nouveau comportement avec l’esprit ouvert à de nouvelles conclusions.

Une personne timide peut ainsi expérimenter de parler plus fort pour voir ce que ça fait.

On peut donc booster son cerveau en adoptant une attitude scientifique basée sur l’essai, l’erreur, l’ajustement et la répétition.

 

 

En conclusion :

Il y a encore beaucoup à découvrir sur le fonctionnement du cerveau, mais vous pouvez déjà appliquer certains principes utiliser votre cerveau de manière optimale.

Pour booster son cerveau, on peut mettre en place des choses simple comme dormir suffisamment, faire de l’exercice, réduire son stress et écouter de la musique.

Chaque cerveau a sa plasticité et sa manière de fonctionner, et vous pouvez trouver ce qui fonctionne pour vous en adoptant la méthode des bébés explorateurs : l’expérimentation.

 

Source : La plupart des informations proviennent du livre Brain Rules de John Medina, disponible en français sous le titre : Votre cerveau au top.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *